La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

La fabrication des archets demande beaucoup de temps consacré à la recherche des plus beaux matériaux , tel que, la préparation de la nacre , le choix du bois de      Pernambouc ou d'ébène .  Je possède une belle collection de coquillages de diverses origines,  dont l'ormeau ou l'abalone, et le travail de la nacre reste une étape particulièrement délicate... On la retrouve sur la hausse, le recouvrement, mais encore ,les grains ou parfois les facettes de nacre sur le bouton.

 

     

découpe de la nacre            Recouvrement " petit yeux"              cœur de nacre              ormeaux cotes Bretonnes

 

 Pour le rabotage du Pernambouc, j'utilise un petit caisson étanche, posé et fixé sur un établi pour cette opération, et le tout , relié à l'arrière par un tuyau à un système d'aspiration très performant . Ce système aspire les copeaux et les particules de poussière fine par des orifices de part et d'autre du caisson, et ainsi on évite les désagrément allergiques occasionné par le rabotage de ce bois très tannique.

 Le Bois de Pernambouc est un bois très dur à travailler et nécessite que rabots et canifs soient très bien affûtés .

 

   

jeunes arbres de Pernambouc                                                 planche de Pernambouc "dans les bras d'un pin maritime"

  

 Le débit des grumes de Pernambouc en planchettes  nécessite de puissantes machines, scies à ruban , raboteuses dégauchisseuses et scies radiale, c'est une étape également très délicate, le débit doit être dit en " quartier" et reste assez physique.  Des qu'une bille est fendu, on peut souvent découvrir la qualité et la tendance du bois , c'est souvent la " loterie"...         

debit du pernambouc en planchettesdebit du pernambouc en planchettes   

 

 Le travail de la hausse se doit d'être extrêmement précis, car la qualité des assemblages des diverses pièces et des ajustages participent à la longévité de celle-ci. Le bois d'ébène, bien foncé, de préférence sans porosité, est utilisé pour les hausses et les boutons . Le bois doit être bien sec.  Réalisées entièrement à la main, les hausses sont composées de bois d'ébène, de nacre, et d'or ou d'argent , elle doivent être esthétiques et élégantes.

 

cliquez sur une des photos pour visionner la galerie

 

Le rabotage de la baguette est une opération longue et délicate . Il faut se servir de gabarits, d'un pied à coulisse et de ses yeux !    La mise en forme de la tête s'apparente plus à la sculpture et nécessite tout autant de précision et de patience.

une plaque en ivoire de mammouth, est collée sur le plat de la tête( renforçant celle ci) , mis en forme et apportant un bel habillage de finition.

  

Le choix du bois de Pernambouc pour la réalisation de mes archets est essentiel , j'attache vraiment une grande importance à cela.    En règle générale, le bois doit être bien nerveux, résistant à la torsion manuelle et avec le moins de porosités. Il existe plusieurs variations génétiques du Pernambouc, (Caesalpinia echinata) lesquelles donnent des bois de qualité très variable .

  

Pour donner ce "ressort " si particulier aux archets, il faut les cambrer  . L'action consiste de "chauffer à cœur " Par contact sur une petite flamme, à l'aide d'un bec bunsen . Cette opération se déroule le plus souvent sur l'angle de l'établi, avec l'aide d'un gabarit , pour le contrôle très précis de cette mise en forme . Encore une fois , "l'œil "est mis à l'épreuve ...

  

 

Travail de la tête

 

Le perçage           cliquez sur les photos pour visionner les galeries correspondantes

 

La finition d'un archet, le ponçage, et le polissage des métaux , beaucoup de temps est consacré à  cette étape.

  La taille du chanfrein ...juste avant la touche de vernis au tampon et la signature...